Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par CPIO le Lun 8 Juil 2013 - 21:30

Sujet peut être un peu rébarbatif, mais un franchissement en submersion ne pouvait se faire sans une reconnaissance préalable. Et n'oublions pas que la création des équipes de plongeurs dans l'Armée de Terre à la fin des années 60 avait en partie pour objectif d'assurer le franchissement de l'AMX30, fer de lance de notre belle Cavalerie, face aux hordes barbares qui devaient venir de l'Est.

Plus sérieusement, cette mission dévolue principalement aux équipes plongeurs de l'ABC, pouvaient être assurée également pers celles du Génie. L'instruction et la formation étaient communes. Tout d'bord au CTE SAF pour le rôle du plongeurs équipier, puis au CT1 SAF pour le rôle du chef d'équipe de reconnaissance.

Cette instruction portait sur la reconnaissance des accès, puis des berges d'entrée et sortie d'eau et enfin de la coupure proprement dite: profondeur, vitesse du courant, nature du fond et autre.
Il fallait faire attention à la pente de mise à l'eau. Un char passe partout ou presque, mais il fallait quand même éviter de planter le canon dans la vase.
La reconnaissance du fond se faisait à l'aide d'une corde plombée qui pesait 1kg au mètre. Nous avions deux types de bobine, 25 et 50m ou 50 et 100m je ne sais plus trop. C'était très lourd et encombrant à manier.
Cette bobine reposée sur un chevalet orientable à 360°, lui même posé sur le fond du flotteur 10h. Les boudins du flotteur étaient protégés par des demis - lune en acier, solidaire du chevalet. Plus 4 plongeurs, je vous laisse imaginer le poids de l'ensemble et sa maniabilité dans le courant avec un propulseur de 40CV Evinrude.  
Il suffisait d'accrocher la corde à des piquets US sur la berge de départ, traverser la coupure en donnant à passer, passer la corde plombée sur la berge d'arrivée, la tendre au maximum (c'est pour ça que les SAF avaient des gros bras, pour en jouer) puis la laisser file pour qu'elle épouse bien le fond.
Une fois cette installation faite, un binôme s'occupait de la reconnaissance des berges (pente et nature des sols), pendant qu'un ou deux binômes partaient faire la reconnaissance du fond. Comment?
Nous étions dotés d'une planchette rodoïde et d'un crayon gras. Cette planchette était quadrillée par nos soins. La corde plombée munie d'un repère d'une couleur tout les 2m et rouge tout les 10m.
Nous partions en tenant la corde. Tout les 2m nous notions la profondeur, la nature du fond et éventuellement la présence d'obstacle. Il faut imaginer la chose: un courant de 1.2 à1.5m/s, une visibilité aléatoire et souvent le froid. Nous étions obliger de passer notre bras par dessus la corde, pour la bloquer sous l'aisselle, garder la tête le plus possible face au courant pour éviter que le masque vibre sous son effet et de ce fait que l'eau entre, et bien sur il fallait écrire sans perdre son crayon.
La vitesse du courant était mesurée de façon précise grâce à un loch ou courantomètre. J'ai le souvenir qu'au dessus de 1.6m/s il devenait impossible de rester accrocher à la corde et de faire les relevés.
A partir de ces relevés était rédigé un CR de reconnaissance  assorti d'un profil topographique.

Je ne garde pas un souvenir impérissable de ce type de plongée. Je n'ai pas le souvenir d'en avoir fait en juin, juillet et août, mais toujours par un temps gris pluvieux et froid dans des eaux loin d'être cristallines.

Je n'ai malheureusement que deux photos et de piètre qualité, de ce type de mission. Peut être que des camarades plongeurs qui viennent sur le forum en ont-ils de meilleurs?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sur cette photo on voit l'auteur assis sur une des demis - lune qui protège le boudin et qui tient la dérouleuse pour orienter le déroulement de la corde, deux plongeurs qui vont la dérouler ou le reprendre à la manivelle, et le plongeur propulsiste qui va piloter l'ensemble. On voit la bobine avec la corde plombée, nous sommes sur la berge de départ.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sur cette photo on voit l'opération de tension de la corde. Si la coupure était de faible largeur, cette tension pouvait se faire de la berge. Pour les coupures de grandes largeur, cette tension pouvait se faire simultanément de la berge et à partir du flotteur 10h.

De préciser que les cordes étaient raccordables par mousqueton en fonction des largeurs de coupure.

Suit la fiche d'instruction de l'époque (1974)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par CPIO le Dim 27 Déc 2015 - 7:46, édité 2 fois

_________________
Gilles CAMPILLO - CPIO : 1964: 6 RG - 1965: ENSOA + EAG - 1966: 33 RG/FMR/GCFR Pilote du Rhin - 1973: Ecole de Plongée Armée de Terre - 1976: 33, puis 32 RG Chef d'équipe SAF - 1981: 1 RPIMa - 1986: Coëtquidan Cdt de la CI - 1990 Fin de service actif.[b]
avatar
CPIO
modérateur
modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 71
Localisation : CARANTEC 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par KRAL DOMINIQUE le Mar 9 Juil 2013 - 3:00

Bonjour GILLES ,
Tu manques d'indulgence avec toi même ,ton sujet est loin d'être rébarbatif ,au contraire,il est passionnant ,on imagine très bien l'opération et les pauvres PLOUF grenouillant sur des fonds peu hospitaliers .Ta spé est je pense mal connue et c'est super d'avoir ton retour d'(grande ) expérience .
cordialement

KRAL DOMINIQUE
membre
membre

Messages : 1163
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 56
Localisation : ESTREES ST DENIS OISE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par CPIO le Mar 23 Juil 2013 - 6:38

Je viens de retrouver une photo beaucoup plus explicite sur la fameuse corde plombée et son dispositif support et de déroulement. Vous observerez que les plongeurs sont attentifs, concentrés et dubitatifs.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Gilles CAMPILLO - CPIO : 1964: 6 RG - 1965: ENSOA + EAG - 1966: 33 RG/FMR/GCFR Pilote du Rhin - 1973: Ecole de Plongée Armée de Terre - 1976: 33, puis 32 RG Chef d'équipe SAF - 1981: 1 RPIMa - 1986: Coëtquidan Cdt de la CI - 1990 Fin de service actif.[b]
avatar
CPIO
modérateur
modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 71
Localisation : CARANTEC 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par GUIHENEUF jean paul le Mar 23 Juil 2013 - 18:46

bonjour ,
je pense que le plongeur du milieu est très connu des franchisseux du 33 , du 2 et du 32 .
cordialement .
Jean-Paul Sleep
avatar
GUIHENEUF jean paul
membre
membre

Messages : 196
Date d'inscription : 24/11/2010
Age : 70
Localisation : METZ FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par CPIO le Mar 23 Juil 2013 - 20:01

Bonjour Jean Paul,

Oh que oui, nous étions ensemble au 33 au début des années 70, puis nous nous sommes retrouvés à L'EPAT en 73, ou il a été mon adjoint en tant que directeur du stage CT2/DP. Surnommé à l'époque la "gazelle blanche" en référence à sa tenue de sport immaculée et à ses qualités de coureur.
Un sous officier puis un officier de grande valeur qui était un ami. Il a servit au REG. Un hasard a fait que lorsqu'il était à Mayotte (en tant que civil), nous avions le même client et nous avons eu un contacte téléphonique pour échange d'infos. Il est aujourd'hui retiré dans le Vaucluse si mes infos sont bonnes.

Cordialement  salut

_________________
Gilles CAMPILLO - CPIO : 1964: 6 RG - 1965: ENSOA + EAG - 1966: 33 RG/FMR/GCFR Pilote du Rhin - 1973: Ecole de Plongée Armée de Terre - 1976: 33, puis 32 RG Chef d'équipe SAF - 1981: 1 RPIMa - 1986: Coëtquidan Cdt de la CI - 1990 Fin de service actif.[b]
avatar
CPIO
modérateur
modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 71
Localisation : CARANTEC 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par KRAL DOMINIQUE le Lun 29 Juil 2013 - 3:44

bonjour GILLES ,
je viens de relire ce sujet fort intéressant ,petite question ,est ce que tout ce processus était aussi prévu en cas de conflit sur un théâtre d'opération ?
Cette réflexion m'est venue ,car en voyant la dernière photo ,les 3 plongeurs font d'excellentes cibles et aussi car je pense que ça doit prendre du temps tout ça .
Merci pour ta réponse
Amicalement
DOMINIQUE

KRAL DOMINIQUE
membre
membre

Messages : 1163
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 56
Localisation : ESTREES ST DENIS OISE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par Admin le Lun 29 Juil 2013 - 5:23

Dominique, les contraintes du temps de guerre permettent de s’affranchir de certaines règles de sécurité. Les points de franchissements en submersion ou en amphibie, font l'objet de dossiers complets réalisés en temps de paix. Ce qui permet de gagner du temps et de s'affranchir de certaines mesures le jour J.

_________________
François [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
EAG 1984 - 4RG (CIG) début 85 - 11RG 1985 / 1991 - 71RG 1991 /1997 - 6RG 1997 / 2002
avatar
Admin
administrateur
administrateur

Messages : 2209
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 51
Localisation : gironde

http://www.genie-franchissement.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par CPIO le Lun 29 Juil 2013 - 6:20

Bonsoir Dominique,

François qui est un Maître en matière de franchissement, t'as donné la réponse. Dés le temps de paix, chaque unité, quelle soit du Génie ou de la Cavalerie, a identifié les points de franchissement potentiels de sa zone de déploiement.

Effectivement reconnaître un point de franchissement suivant cette méthode prend plusieurs heures et n'est pas garante de la plus grande discrétion. Elle sert justement à identifier et répertorier les points de passage des le temps de paix.

Toutefois dans l'urgence il y aurait pu avoir une reconnaissance offensive avec franchissement dans la foulée et ce même de nuit.
Méthode simple, à partir des renseignements des cartes hydro, un ou deux binômes de plongeurs se mettent à l'eau en toute discrétion, traverse à la palme la coupure par le fond, font un relevé sommaire d'informations, tout simplement profondeur et nature du fond, donne un avis technique: possible ou pas, et le commandement prend la décision ou non de franchir.
Imagine un ou deux escadrons à 13 chars, à l'époque, approchant une berge en vue d'un franchissement, ça fait du bruit, surtout les clapet des pots d'échappement.

J'espère avoir répondu à ton interrogation.

Cordialement

Gilles

_________________
Gilles CAMPILLO - CPIO : 1964: 6 RG - 1965: ENSOA + EAG - 1966: 33 RG/FMR/GCFR Pilote du Rhin - 1973: Ecole de Plongée Armée de Terre - 1976: 33, puis 32 RG Chef d'équipe SAF - 1981: 1 RPIMa - 1986: Coëtquidan Cdt de la CI - 1990 Fin de service actif.[b]
avatar
CPIO
modérateur
modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 71
Localisation : CARANTEC 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par KRAL DOMINIQUE le Lun 29 Juil 2013 - 6:34

bonsoir GILLES,
le binôme que toi et François avez constitué pour la réponse a été efficace ,et vous avez répondu à mes questions.Il est vrai que j'avais oublié qu'un escadron de blindés n'est pas des plus discrets et qu'il n'y a donc pas à tergiverser et franchir en limitant la casse .
Merci
Cordialement
DOMINIQUE

KRAL DOMINIQUE
membre
membre

Messages : 1163
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 56
Localisation : ESTREES ST DENIS OISE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par Jean-François Brillant le Lun 29 Juil 2013 - 7:23

Il convient d'ajouter que le franchissement en submersion n'était pas un procédé de franchissement "au contact" ou de "vive force" contrairement au franchissement "amphibie" des unités montées sur 10P, 10RC ou autres ERC90 et VAB...

Le franchissement en submersion supposait que la berge "arrivée" était tenu par les forces amies. Il permettait de "muscler" la "tête de pont" sans attendre que les Gillois arrivent pour faire traverser le 2e échelon...
avatar
Jean-François Brillant
membre
membre

Messages : 651
Date d'inscription : 14/02/2012
Age : 59
Localisation : Un patelin champenois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par CPIO le Dim 13 Oct 2013 - 8:41

Pose de la corde plombée vue sous un autre angle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Gilles CAMPILLO - CPIO : 1964: 6 RG - 1965: ENSOA + EAG - 1966: 33 RG/FMR/GCFR Pilote du Rhin - 1973: Ecole de Plongée Armée de Terre - 1976: 33, puis 32 RG Chef d'équipe SAF - 1981: 1 RPIMa - 1986: Coëtquidan Cdt de la CI - 1990 Fin de service actif.[b]
avatar
CPIO
modérateur
modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 71
Localisation : CARANTEC 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par Admin le Mar 12 Mai 2015 - 6:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
François [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
EAG 1984 - 4RG (CIG) début 85 - 11RG 1985 / 1991 - 71RG 1991 /1997 - 6RG 1997 / 2002
avatar
Admin
administrateur
administrateur

Messages : 2209
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 51
Localisation : gironde

http://www.genie-franchissement.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par CPIO le Mar 12 Mai 2015 - 6:25

Sympa cette photo qui est sans doute des années 90.

Si l'équipement du plongeur a évolué, je constate que le touret et la corde plombée sont identiques à ce et celle des années 70, il n'y a qu'a comparer avec la photo au dessus.

Merci François d'animer un peu la rubrique plongeurs. Ou sont les SAF?

_________________
Gilles CAMPILLO - CPIO : 1964: 6 RG - 1965: ENSOA + EAG - 1966: 33 RG/FMR/GCFR Pilote du Rhin - 1973: Ecole de Plongée Armée de Terre - 1976: 33, puis 32 RG Chef d'équipe SAF - 1981: 1 RPIMa - 1986: Coëtquidan Cdt de la CI - 1990 Fin de service actif.[b]
avatar
CPIO
modérateur
modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 71
Localisation : CARANTEC 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le franchissement en submersion: La reconnaissance

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum