la dépouille de GUSTAVE BOUGAULT sapeur mineur du 1 er RG trouvée 99 ans après sa mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la dépouille de GUSTAVE BOUGAULT sapeur mineur du 1 er RG trouvée 99 ans après sa mort

Message par KRAL DOMINIQUE le Mar 9 Sep 2014 - 5:48

bonjour ,
en cliquant sur ce lien vous apprendrez l'histoire d'un de nos anciens du 1er RG qui porté disparu en 1914 ,est enfin inhumé en 2013 en terre picarde .
émouvant .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

KRAL DOMINIQUE
membre
membre

Messages : 1163
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 56
Localisation : ESTREES ST DENIS OISE

Revenir en haut Aller en bas

Re: la dépouille de GUSTAVE BOUGAULT sapeur mineur du 1 er RG trouvée 99 ans après sa mort

Message par Gillois75 le Mer 10 Sep 2014 - 2:05

Ce brave soldat a enfin une tombe décente ........
avatar
Gillois75
membre
membre

Messages : 280
Date d'inscription : 11/10/2012
Age : 63
Localisation : Paris 13ème

Revenir en haut Aller en bas

Dépouilles retrouvées

Message par pierre du 24 le Mar 15 Nov 2016 - 5:38

KRAL DOMINIQUE a écrit:bonjour ,
en cliquant sur ce lien vous apprendrez l'histoire d'un de nos anciens du 1er RG qui porté disparu en 1914 ,est enfin inhumé en 2013 en terre picarde .
émouvant .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Bonjour,

Le 29 mai 1966 le général de Gaulle doit prononcer un discours à l'ossuaire de Douaumont, à l'occasion des cérémonies  du cinquantième anniversaire de la bataille de Verdun.
Mais avant cela, il fallait préparer le terrain... Un vaste chantier de "nettoyage" des abords des forts de Douaumont et de Vaux est ouvert avec des entreprises locales de terrassement et de travaux publics.  Remuer la terre dans cette région, c'est mettre à jour des vestiges de la guerre. Le chantier prend du retard...
Il est fait appel au 15ème régiment du génie de l'air de Toul en renfort. De toute urgence, il est formée une "compagnie de travaux" avec les effectifs (sapeurs et encadrement) et le matériel de divers services. Se retrouvent sur place les formateurs de l'auto école avec leurs véhicules, les formateurs des conducteurs d'engins avec les engins, une remorque atelier et station service pour l'entretien de 1er échelon. Nous étions mis à la disposition des ingénieurs des ponts et chaussées (équipement actuel) maître d’œuvre.
La 1ère mission officielle est le "nettoyage" d'une aire de terrain pour créer un parking d'environ 3 ha. La 2ème mission non officielle est de montrer aux "civils" des entreprises et autres services, que les sapeurs du génie ne sont pas des "branleurs" malgré leur jeune age - nous avions entre 19 et 22 ans.
Chaque fois que nous découvrions une munition non explosée, il fallait arrêter, attendre que les démineurs fasse leur travail (neutraliser ou détruire).
Chaque fois que nous découvrions un corps (bien souvent un squelette), il fallait arrêter le temps que ce corps soit entièrement dégagé et évacué.
Vous pouvez vous douter que les arrêts étaient nombreux et plus ou moins longs. Cela ne nous a pas empêché de terminer avec une quinzaine de jours d'avance avec les félicitations des autorité présentes.
Tout cela pour vous dire que sur notre chantier, une centaine de corps ont été relevés dont plus de la moitié ont été identifiés. Les corps non identifiés et les ossements humains éparts ont été regroupés et "inhumés" dans l'ossuaire du fort de Douaumont au cours d'une cérémonie dans le cadre des manifestations du cinquantenaire.
A la fin de l'été 66, nous avons obtenue l'autorisation d’effectuer un "pèlerinage" sur place. Nous avons eu la surprise de découvrir que, dans la tour de l'ossuaire, deux salles d'exposition  étaient dédiées à notre régiment et garnies avec différents objets que nous avions ramassés au cours des travaux. Nous avons également appris qu'une vingtaine de procédures étaient en cours avec des familles de corps identifiés pour restitution.

Pour être complet, les décombres, des différents chantiers étaient évacués à une quinzaine de kilomètres. Ces décombres étaient principalement constitués d'un mélange de terre, de béton, de pierres, et d'ossements d'animaux (principalement de chevaux) Ils devaient être concassés. Mais, par respect pour les animaux qui ont payés un lourd tribu à cette guerre, avant d'être concassés, les décombres sont criblés et les ossements sont regroupés pour être enterrés aux abords du cimetière de Douaumont.
Pour voir des photos, saisissez "fort de douaumont" dans la fenêtre du moteur de recherche à 2 O (ho) puis sur "images" sous la dite fenêtre.


Un article de l'est républicain du 04/11/2013 à 20:13, actualisé le 05/11/2013 : à lire.
LA GUERRE REFAIT SURFACE
Les ossements et les effets personnels d’un soldat allemand mort en 1916 ont été retrouvés ce lundi sur le chantier d’agrandissement du Mémorial de Verdun.
Pour voir l'article complet : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Extraits : L’ensemble des effets du soldat a été découvert dans un état plutôt correct, en tout cas identifiable, près de cent ans après avoir été enseveli. Ce serait leur conservation dans la terre qui aurait empêché leur dégradation. Une fois mis à l’air libre, les objets, notamment les bottes, commençaient d’ailleurs à se désagréger.

Les ossements et les objets retrouvés ont été confiés aux sépultures militaires, qui pourront tenter d’identifier le soldat, et rendront le corps aux services allemands. Avant cela, ce qu’il reste de cet officier repose à Verdun au même endroit où se trouvent les ossements des vingt-six corps de soldats français mis au jour en juin. Les bottes allemandes et leur propriétaire ont d’ailleurs été découverts à 500 mètres à peine de l’endroit où les vingt-six corps ont été retrouvés l’été dernier.


Il était peut-être sapeur... allemand
avatar
pierre du 24
membre
membre

Messages : 57
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 73
Localisation : Périgord pourpre

Revenir en haut Aller en bas

Re: la dépouille de GUSTAVE BOUGAULT sapeur mineur du 1 er RG trouvée 99 ans après sa mort

Message par KRAL DOMINIQUE le Mar 15 Nov 2016 - 20:46

Bonjour,Pierre ,
une mission du Génie ,dont nous apprenons l'existence .Je pense que pour les jeunes de l'époque ça devait être qq chose de faire ça ,relever des squelettes et de se dire qu'ils avaient appartenu à des mecs du même âge 50 ans plus tôt ......

KRAL DOMINIQUE
membre
membre

Messages : 1163
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 56
Localisation : ESTREES ST DENIS OISE

Revenir en haut Aller en bas

Re: la dépouille de GUSTAVE BOUGAULT sapeur mineur du 1 er RG trouvée 99 ans après sa mort

Message par pierre du 24 le Mer 16 Nov 2016 - 2:54

KRAL DOMINIQUE a écrit:Bonjour,Pierre ,
une mission du Génie ,dont nous apprenons l'existence .Je pense que pour les jeunes de l'époque ça devait être qq chose de faire ça ,relever des squelettes et de se dire qu'ils avaient appartenu à des mecs du même âge 50 ans plus tôt ......
Bonjour Dominique,
Nous étions chargés du terrassement en prenant "mille" précautions pour éviter de faire exploser une vieille munition qui ne voulait pas être dérangée. Les pelles mécaniques ne devaient pas dépasser 10 cm d'épaisseur pour creuser. Tous les engins et véhicules évoluant sir le site devaient être "montés" sur roues à pneumatiques à basse pression pour éviter trop de vibrations dans le sol. 
Nous prenions aussi des précautions pour éviter de "casser" et déranger les "vestiges" de corps qui "dormaient" sous cette terre  depuis plus de 50 ans.
Bien souvent, les soldats ensevelis dans la terre étaient, à l'époque, vêtus de leurs tenues de gros drap de couleur généralement bleu. Au cours du terrassement, ce sont d'abord les lambeaux de ces tenues que nous trouvions. Dans ce cas-la, la machine s'arrêtait et c'est à la pelle à main que nous dégagions l'emplacement. S'il y avait des restes humains, ce sont des personnes "spécialisées" qui finissaient de dégager et de relever ces restes. Ils étaient emportés vers un bâtiment pour être nettoyés et, éventuellement, identifiés. Pour cela, les "releveurs" cherchaient, sur l'emplacement, tout moyen d'identification, en priorité la "plaque" règlementaire, et, dans les lambeaux de vêtements, des porte-feuilles pouvant contenir des objets ou papiers "exploitables". (Si tu vas sur le site de l'est républicain (lien dans le message), tu verras les photos de restes centenaires).
Bien sur que nous avions la gorge serrée quand nous pensions qu'il y avait peut-être là un membre de notre famille porté disparu, qu'ils avaient notre âge...
 Nous avions des larmes aux yeux quand nous allions voir que parmi les vêtements ou autres objets nettoyés, des photos ou des lettres "exploitables" et exploitées comme disaient les "spécialistes" de l'identification.

Une anecdote : Un jour, à la reprise du travail, après la relève d'un corps dont la plaque d'identification était accrochée aux vertèbres du cou, nous avons trouvé, dans les "chiffons" restés sur place, un porte monnaie en cuir. Outre quelques pièces qu'il contenait, une petite plaque métallique était rivetée sur un coté. Après un nettoyage sommaire, nous avons vus que des lettres étaient gravées dessus. Avec l'aide des "spécialistes", nous avons pu déchiffrer un prénom, un nom, une adresse. Le corps dU propriétaire ayant été identifié, nous avons eu la permission de garder cet objet.
A la fin du chantier, revenus à la caserne, nous avons décidé d'écrire une lettre pour la famille. Cette lettre nous l'avions mise dans une deuxième enveloppe, avec un mot explicatif d'accompagnement, adressée au receveur de la poste du village, de la Lozère, indiqué....
Environ, un mois après, nous avons eu une réponse. C'est grâce aux postiers et aux agents des différentes mairies que notre lettre était bien arrivée entre les mains d'un membre de la famille de "notre" poilu. En cinquante ans la famille avait déménagé plusieurs fois. Par leurs mariages, les filles avaient changées de noms.
La suite de cette "aventure" s'est poursuivie avec deux jeunes sapeurs, habitants dans la région, qui, à leur libération, ont été reçus dans la famille. Le "corps" a été rendu, les obsèques ont eu lieu avec les honneurs rendus par les les autorités locales et "nos" deux sapeurs qui, à titre exceptionnel, ont été dotés, chacun, d'une "tenue de sortie" offerte par le régiment.
avatar
pierre du 24
membre
membre

Messages : 57
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 73
Localisation : Périgord pourpre

Revenir en haut Aller en bas

Re: la dépouille de GUSTAVE BOUGAULT sapeur mineur du 1 er RG trouvée 99 ans après sa mort

Message par KRAL DOMINIQUE le Mer 16 Nov 2016 - 21:21

L'histoire est belle ,et la suite donnée par les sapeurs très émouvante .Effectivement en regardant les photos de l'Est Républicain ,on imagine mieux le trouble qui a du saisir les jeunes sapeurs que vous étiez lors de cette mission.

KRAL DOMINIQUE
membre
membre

Messages : 1163
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 56
Localisation : ESTREES ST DENIS OISE

Revenir en haut Aller en bas

Re: la dépouille de GUSTAVE BOUGAULT sapeur mineur du 1 er RG trouvée 99 ans après sa mort

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum