LA PEUGEOT P4 REMPLACEE PAR L'ACMAT VLTP-NP (FORD EVEREST)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA PEUGEOT P4 REMPLACEE PAR L'ACMAT VLTP-NP (FORD EVEREST)

Message par DAN92 le Mer 28 Déc 2016 - 9:13

Publié le 9 Déc 2016

PEUGEOT P4 : SA REMPLAÇANTE ENFIN CONNUE ! JOUR HISTORIQUE : BONJOUR LE VLTP!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ce n’est une nouvelle pour personne, en tout cas dans les armées : la Peugeot P4, vénérable bête de somme utilitaire de nos armées, est mourante.

Le parc initial était constitué de 13500 véhicules déclinés en plusieurs versions (la classique que nous connaissons tous mais aussi des versions châssis long à plateau, blindées, spécialisées etc.), dont seuls 2500 étaient encore en état de marche fin 2015. Sachant que plus de 500 sont retirés du service chaque année, à l’horizon 2020 la P4 sera une pièce de musée.

2 surnoms qui nous sont parvenus, montrant autant l’attachement sentimental des uns à l’engin que l’exaspération des autres devant son inadéquation aux besoins du militaire moderne: « Petite Peugeot Passe-Partout » pour les fans ou « Poussif Pot de Pu Préhistorique » pour les mauvaises langues…

Le remplacement de la P4 était prévu dès la fin des années 1990. Le vieillissement accéléré du parc, mis à rude épreuve, et l’évolution des besoins (changement des menaces, fin du service militaire, réduction des effectifs), a conduit au remplacement par des modèles très différents (environ 1000 PVP pour le rôle véhicule de liaison du champ de bataille) et forcé des achats parfois soudains, comme ceux en 2009 de quelques centaines de Land Rover Defender, avant l’émergence du programme VLTP-NP.

(Source image : Twitter MinDef)

VLTP : FIN DES VÉHICULES FRANÇAIS POUR NOS ARMÉES ?

En 2015, face au besoin impérieux de véhicules légers tous-terrains (VLTT) multi-usages pour les unités, une commande de 1000 Ford Ranger T6 2.2 diesel était passée. On se souvient du tollé déclenché par l’annonce dudit choix, « anti-français » selon certains, même si Ford dispose d’une usine de pièces à Bordeaux et surtout que l’engin est considéré comme le meilleur pick-up mid-size au monde, l’expertise et la supériorité de Ford en matière de véhicules de travail lourd, et particulièrement de pick-ups, n’étant plus à démontrer : charges utiles, résistance aux contraintes des châssis, capacités tout-terrain, rusticité générale.

Le Ranger est donc, techniquement, un excellent choix.

Il convient de rappeler que la Peugeot P4 n’était en fait qu’un Mercedes Classe-G type-461, véhicule d’origine militaire développé sur suggestion du Shah d’Iran alors gros actionnaire de Mercedes. Assemblée en France sous licence avec un moteur de 504 diesel, elle n’y est que partiellement fabriquée, une partie du travail restant l’oeuvre des ateliers Mercedes (Allemagne) et Steyr (Autriche). Le Classe G, encore aujourd’hui, est un des touts meilleurs tout-terrain au monde. La P4 était donc également un excellent choix pour son époque (1978, entrée en service 1982).

Il convient également de rappeler que la P4 est arrivée pour remplacer les Hotchkiss M201, le précédent et premier VLTT, que tout le monde connaît par son petit nom: la « Jeep ». Et pour cause, elle n’était rien d’autre qu’une GPW fabriquée sous licence. Ce qui était sans doute, en son temps, le meilleur choix technique possible. La dernière Hotchkiss sera retirée du service en 2000, pour dire.

Râler en mode « ouin pourquoi on choisit pas du madinfrance » est donc totalement débile vu qu’on a jamais conçu ni fabriqué de 4×4 militaire / militarisable en grande série en France (l’Auverland n’étant pas dans la même catégorie). Les râleurs feraient mieux de se réjouir du choix d’un engin utilitaire apprécié dans des pays où la vie est bien plus rustique que chez nous, ce qui inspire confiance.

ON ADOPTE LE FORD RANGER ?

Oui et non.

L’Etat annonçait en signant pour les 1000 Ford Ranger, que la commande n’était que transitoire, en attente du futur « VLTP-NP » pour Véhicule Léger de Transport Polyvalent Non Protégé (pas de blindage) dont le programme sous responsabilité de la DGA devait porter sur 4450 véhicules, commandés en deux fois et livrés à compter de 2020.

Nous voici en décembre 2016, et la commande finalement passée n’est plus que de 3700 véhicules, du moins pour le moment. La bonne nouvelle étant que les 500 premiers seront livrés dès 2017.

Sans grande surprise et heureusement (même si, chez TRE, nous avions quelques craintes sur le choix éventuel) le choix s’est porté sur une version militarisée par la société française ACMAT (fabricant du mythique VLRA et propriété de RTD, le fabricant des VAB et GBC) du Ford Everest, version break à châssis amélioré du Ford Ranger : le VLTP-NP donc.

L’intérêt est triple:

les pièces communes ;
la conduite similaire ;
la cohérence visuelle.

DU COUP ON ROULE AMÉRICAIN ?

Non, non et non.

Que X pseudo-journalistes incapables du moindre travail de recherche fassent un débile raccourci « Ford-USA » n’est guère étonnant.

Cependant, le Ford Ranger tout comme l’Everest sont des véhicules de conception australienne, fabriqués en Thaïlande, en Argentine et en Afrique du Sud. Une partie des composants est fabriqué en France (boîte de vitesses notamment). La version militarisée par ACMAT est fabriquée … en France. Le moteur 2.2 TDCi est un membre de la famille Duratorq et donc cousin des autres TDCi / HDi développés conjointement par Ford et Peugeot, montés sur des Peugeot, Citroën, Ford, Jaguar, Land Rover, Mazda, Fiat, de toutes gammes et de tous tarifs.

La partie la plus américaine du Ford Everest étant son système multimédia embarqué à écran tactile, sur la version haut de gamme. Un équipement qui ne sera évidemment pas sur la version militarisée.

Bref, tant le Ranger que l’Everest n’ont pas grand chose d’américain. Et le VLTP ACMAT encore moins ! …

CA DONNE QUOI LE VLTP ?

La version civile ne fait, sur route comme hors piste, qu’une bouchée d’un Land Rover Discovery qu’une certaine unité connaît bien. Les dimensions sont dans la norme de ce genre de véhicule, en plus maniable et gérable sur nos routes et dans nos centres urbains qu’un BMW X5 ou qu’un Range Rover Sport, nettement plus larges :

489cm de long,
186cm de large,
184cm de haut,
285cm d’empattement.

Les capacités en franchissement sont très au-dessus de la moyenne, avec des angles d’attaque, de sortie et de dévers généreux, et des hauteurs conséquentes:

22,5cm de garde au sol mécanique (24cm pour la P4) ;
80cm de capacité de gué.

Pour faire simple, le VLTP passe la où la P4 bloque, sauf rares exceptions où la P4 est avantagée par son petit format.

L’espace intérieur permet, sur la version civile, d’embarquer 7 personnes, format adultes. On ignore si cette capacité sera maintenue sur la version militarisée.

En configuration 7 places, le volume de coffre disponible est déjà celui d’une grosse berline : 450 litres !
En configuration normale (5 places), le coffre laisse plus d’1 mètre cube…
Et en configuration utilitaire, on grimpe à 2,5 mètres cube avec un plancher totalement plat.

Le tout renforcé par des capacités de charge digne d’un utilitaire :

1 tonne de charge utile (2x la capacité de la P4) ;
3 tonnes tractables (contre 1,8 tonne pour la P4).

De là à s’en servir pour certaines rames tactiques, pourquoi pas ?

Pas si bête, car les performances n’ont rien à voir :

le moteur annoncé sur la version militarisée serait similaire à celui du Ranger, avec 150 ch et 375 Nm (contre 75 ch et 147 Nm à la P4) pour un véhicule de 2,5 tonnes (1,8 t pour la P4) soit un rapport poids / puissance de 16,3 kg/ch (P4 : 24 kg/ch) et un rapport de couple de 150 Nm/tonne (77 pour la P4) ;
la boîte 6 vitesses (4 sur la P4) permet une vitesse de pointe de l’ordre de 180 km/h, contre 118 km/h sur la P4, par nuit de pleine lune avec vent de dos et un conducteur de moins de 47 kg ;
la consommation devrait tourner autour des 9 l/100km, contre 14,5 l/100km sur la P4 : avec le réservoir de 80l, ça fait plus de 800 km d’autonomie.

Pour bien illustrer l’écart : un VLTP-NP chargé à bloc affiche des performances supérieures de loin à une P4 « lisse » avec conducteur seul, tout en consommant moins et dans un confort incomparable.

UN BON CHOIX ?

Assurément. Chez TRE, on s’en réjouit. L’idée du CEMAT le général BOSSER de choisir un véhicule originaire d’Afrique du Sud ou d’un pays asiatique, était très pertinente.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que ces marchés sont friands de véhicules mélangeant prestations utilitaires et confort de SUV à une fiabilité adaptée à des conditions d’emploi souvent très exigeantes. Le tout dans des formats plus adaptés à nos routes européennes et aux pistes africaines que les lourds « trucks » US type Ford F-150.

Ainsi le Ford Everest qui sert de base au VLTP affiche des suspensions à très grand débattement, une transmission intégrale du meilleur niveau dotée de tous les raffinements mécaniques utiles, et des capacités en sortie d’usine (rigidité structurelle et dons pour le franchissement) supérieures à la plupart des VL militarisés actuels. Ca promet !

De plus rester sur la base du Ranger déjà en service est une décision logique, économiquement pertinente, et dont la polyvalence devrait faire évoluer les possibilités d’emploi des VLTT dans nos armées.

Enfin, point pas des moins importants : la sécurité passive : contrairement à la P4 qui ne répond à aucune norme actuelle en matière de protection des occupants comme des piétons, l’Everest fait partie du club des véhicules à recevoir 5 étoiles aux crashs tests NCAP. Aussi sûr que votre crossover familial.

Bon, bien sûr l’idéal aurait été la version 5 cylindres 3.2l à boîte auto (200 ch et 470 Nm), beaucoup plus adapté au franchissement et au portage lourd sur tous terrains, mais c’est plus cher, quoique les risques de casse moindres qu’avec une boîte manuelle malmenée et un moteur un peu « léger » compenseraient certainement un prix d’achat supérieur par un coût de maintenance inférieur.

QUI VA EN PROFITER ?

D’un point de vue mili : a priori tout le monde, vu qu’il s’agit de remplacer la P4 dans ses tâches courantes.

La communication / image / recrutement aussi, car à part les nostalgiques des 4×4 antédiluviens, l’impact sur les foules devrait être fort et rapidement perceptible : l’armée française se retrouvera avec le VL le plus moderne du monde, tout simplement, en termes de design comme de technicité.

D’un point de vue économique, que les cocardiers du dimanche se rassurent, le VLTP sera produit pendant au moins 4 ans, en France, à Saint-Nazaire chez ACMAT qui lui appose marque et calandre spécifiques pour la partie visible.

COÛT UNITAIRE DU VLTP-NP ?

A supposer que les infos que nous avons pu glâner soient exactes, aux alentours de 50 000 € pièce militarisation comprise, contre 25-27 000 € pour les Ford Ranger « gamme commerciale », non militarisés donc. Auxquels il faut ajouter les coûts de maintenance et de provision de pièces détachées spécifiques pour un bon paquet d’années de service, notamment tenu compte des systèmes embarqués (d’où les 135 000 € pièce erronément calculés par certains).

A ceux qui se demanderaient pourquoi l’ALTV d’ACMAT également, qui équipe déjà certaines armées, n’a pas été retenu, rappelons que celui-ci repose sur une plateforme de Nissan Navara d’ancienne génération, moins spacieux et fonctionnel pour des militaires équipés comme ont pu le tester certains, et qu’il aurait été assez moche que la France adopte comme « nouveau » VLTT un engin déjà livré depuis plusieurs années à des armées de 3ème rang. Coûtant qui plus est dans les 5 000 € de plus avec les mêmes options. Et, très auxiliairement, plus produite.

Enfin, pour comparer avec un engin plus spécialisé et donc plus coûteux ayant remplacé la P4 dans certains rôles : le PVP Panhard, livré à environ 1000 exemplaires (mais au taux de disponibilité… différent) coûte plus de 150 000 € pièce.

Et vous, utilisateurs ou observateurs du sujet, qu’en pensez-vous ?

Source:tre-blog.fr

MAJ INFO.

Publié le 23 Déc 2016

SUCCESSION PEUGEOT P4: NOUVELLES INFOS SUR L’ACMAT VLTP

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vous avez été nombreux à réagir suite à notre article sur l’annonce, le 08 décembre dernier par le MinDef, du remplacement de la Peugeot P4 par une version militarisée du Ford Everest.

Le fait que la presse grand public relaie essentiellement de mauvaises infos et de vaines polémiques sur les origines du véhicule y est certainement pour beaucoup.

En effet, beaucoup ont soulevé l’origine non-française du véhicule, et nous avions rappelé que la Peugeot P4 avant elle, et avant elle la Hotchkiss M201, n’étaient pas plus françaises, voire moins:

la P4, assemblée en France avec quelques pièces spécifiques, était fabriquée en Allemagne et en Autriche chez Mercedes et Steyr, et une proche parente du Mercedes G-Wagon (dont le nom allemand ne signifie rien d’autre que « véhicule tout-terrain »);

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Peugeot P4 (Source: jeepvillage.com).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mercedes « Wolf » de la Bundeswehr (Source: Wikiwand).

la Hotchkiss n’était qu’une version française de l’ultra-célèbre et mythique Jeep Willys.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hotchkiss M201 de 1957 (Photo Jérôme Hadacek).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jeep Willys de 1944 (Source: Silodrome.com).

Comme la meilleure façon d’avoir des informations fiables est d’aller à la source, nous avons tout simplement eu quelques entretiens avec les chargés de communication et personnels d’ACMAT, marque spécialisée de la société française RTD (Renault Trucks Defense, groupe Volvo). Et fait nos propres recherches. Vous trouverez ainsi dans cet article toutes les infos complémentaires disponibles à ce jour sur le sujet.

FRANÇAIS / PAS FRANÇAIS: UNE POLÉMIQUE UTILE?

Dès l’annonce de l’adoption des Ford Ranger l’an dernier, beaucoup réagirent avec outrance, choqués qu’un pick-up américain soit sélectionné; rebelotte avec l’Everest.

Rappelons que le Ford Ranger n’a rien d’américain: conçu en Australie et fabriqué en Thaïlande, Afrique du Sud et Argentine, il est disponible à peu près partout dans le monde sauf précisément aux Etats-Unis. Ce qui fait d’ailleurs beaucoup râler les amateurs de pick-ups aux USA, et ils sont nombreux (catégorie phare du marché auto outre-atlantique).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un des tous premiers Ford Ranger de l'Armée Française, reconnaissable à ses grilles de phares.

Idem pour le Ford Everest, base du futur VLTP qui succède à la Peugeot P4, et sa militarisation est assurée par ACMAT.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ford Everest civil dans son milieu naturel (Image Ford).

En fait, vous avez bien plus de chances de croiser Ford Ranger et Everest en Asie du Sud-Est que partout ailleurs dans le monde.

ACMAT: UNE MARQUE FRANÇAISE DANS UN GROUPE EUROPÉEN

ACMAT, pour Ateliers de Construction Mécanique de l’Atlantique, est une marque de la société française Renault Trucks Defense (RTD), avec laquelle elle a fusionné en 2006.

Lancée dans les années 1960 par les Ateliers Legueu Meaux, leur véhicule-phare, connu des anciens sous le nom d’ACMAT tout court et plus récemment sous son nom de VLRA (Véhicule Léger de Reconnaissance et d’Appui), est un super tout-terrain décliné dans plus de 75 versions différentes, et utilisé aussi bien à titre militaire (dont sa version « Command Car » que connaissent bien les civils via le 14 Juillet) que pompier, voire plus rarement, utilitaire.

Il fut mis au point pour succéder aux 4×4 et 6×6 Dodge qui équipaient notamment les Compagnies Sahariennes Portées jusqu’au début des années 1960, et devint un véhicule de référence en matière de franchissement, du fait de ses aptitudes physiques et techniques couplées à une puissance considérable pour l’époque dès les premières versions: moteur Perkins 6 cylindres 5.8l / 354ci de 138ch à une époque où une Citroën DS en fait 75 et une Mercedes SL 150.

Le VLRA impressionna tellement les américains qui purent le tester qu’il se dit qu’ils s’en inspirèrent pour concevoir le HMMWV (High Mobility Multipurpose Wheeled Vehicle), plus connu sous son nom civil: Hummer.

ACMAT est donc partie de RTD, société française dont l’origine remonte à 1894 et à l’histoire riche et bien française héritée de plusieurs marques différentes:

chars FT17 et automobiles AG dites Taxis de la Marne pendant la Première Guerre Mondiale;
Camions militaires et véhicules blindés Berliet (l’inventeur de la cabine avancée qu’on les poids-lourds actuels et les TRM militaires);
Camions militaires RVI (Renault Véhicules Industriels) puis RTD, notamment les mythiques GBC 8KT devenus GBC 180 puis Sherpa 5;
Blindés RVI puis RTD, dont les emblématiques VBRG de la Gendarmerie, VAB de l’Armée de Terre et VIB de l’Armée de l’Air;
4×4 blindés Panhard dont le PVP et le VPS (dérivé du G-461 comme la P4) ou Renault avec notamment le Sherpa APC du GIGN;
et bien d’autres véhicules.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A gauche: un Sherpa 5; à droite: un GBC 180; subtiles différences (© Seb Duch).

RTD produit aujourd’hui 90% des véhicules de l’armée française, et est au niveau mondial l’un des fabricants de véhicules militaires les plus réputés, employant en France plus de 1200 salariés et réalisant près de 500 millions de CA annuel.

ACMAT, qui a au cours de son histoire exporté 85% des dizaines de milliers de véhicules produits, emploie aujourd’hui 120 personnes dans ses usines de Saint-Nazaire, près de Nantes.

Le VLTP sera donc réalisé dans ses locaux et recevra la calandre spécifique ACMAT, tout comme la P4 recevait le lion Peugeot.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ACMAT VLTP lors de sa présentation officielle (Source: Wikiwand).

Bref, un constructeur français reçoit mission de fabriquer et modifier plusieurs milliers de véhicules en France, pour l’armée française, pour une durée de 4 ans: une telle nouvelle devrait réjouir plutôt que causer d’inutiles polémiques. Sans parler des contrats de maintenance et des ventes que ne manquera pas de susciter à l’étranger l’adoption par la France d’un véhicule nouveau sur une base toute fraîche et high-tech.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un Ford Everest civil à la piscine (Source: caradvice.com.au).

ACMAT VLTP: INFOS COMPLÉMENTAIRES

Déjà, son nom définitif n’est pas encore connu. Comme précisé par ACMAT, charge reviendra à l’Armée de Terre, client initial du projet, de choisir le nom définitif du véhicule. VLTP pourrait bien rester même si ce n’est qu’une désignation technique liée au projet, tout comme nous avons déjà VAB (Véhicule de l’Avant, Blindé, et non les versions parfois trouvées), GBC, PVP, etc.

La première présentation en interne du véhicule est toute récente: 29 novembre dernier.

Finalisé en mai 2017 pour la première série de production, il sera livré à hauteur de 100 à 200 exemplaires dès 2017, puis 500 véhicules supplémentaires en 2018, et 1000 chaque année suivante, jusqu’à atteindre le total fixé de 3700 véhicules, donc en 2021.

Au-delà des modifications d’aspect, extérieures, ACMAT réalise sur les véhicules-bases l’intégration des systèmes militaires, à savoir transmissions, armement, projecteurs spécifiques VIS/IR etc.

Nous n’avons à ce jour pas d’infos sur la présence éventuelle à terme d’interfaces supports pour le montage d’armes automatiques.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
simulation-vltp-tre-blog

L’intérieur également sera militarisé, pour offrir une rusticité d’emploi et une polyvalence supérieurs à celles d’un SUV civil, peu adapté aux rigueurs et contraintes d’un usage militaire. On ignore cependant à quel point il sera rustique et facile d’emploi, à voir s’il sera « karcherisable » comme la P4 ou plus délicat comme les GBC; il serait en tout cas plus rustique que les Ranger actuellement en service.

Si l’emploi devrait être principalement réservé au territoire national, des utilisations sur théâtres extérieurs ne sont pas à exclure, si l’EMA, seul décideur ici, le juge pertinent dans des cadres où la nature NP (Non-Protégée => non blindé) du véhicule n’est pas un problème. D’autres véhicules non-protégés sont employés sur certains théâtres, rappelons-le.

La parenté directe avec le Ford Ranger ne le prédispose pas pour autant aux mêmes missions: les Ranger sont essentiellement des véhicules de liaison polyvalents, quand le VLTP sera vraiment un véhicule tactique.

ACMAT VLTP: LES RAISONS D’UN CHOIX

Beaucoup de curieux se sont interrogés sur les raisons de ce choix.

Souvent, on y a vu un choix non pertinent, arguant que d’autres choix auraient pus être faits parmi les modèles civils existants.

D’autres ont critiqué le simple fait que le véhicule retenu soit de conception civile, le côté SUV n’inspirant pas confiance semble-t-il.

Aux premiers il faut rappeler que l’Everest est un véhicule récent et totalement absent du marché européen en l’état, que la plupart des francophones intéressés au sujet ne peuvent connaître.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un aperçu à l’échelle des deux engins en versions civiles (Image Ford Nouvelle-Zélande).

Aux seconds nous faisons remarquer que nombre de véhicules militaires dérivent de véhicules civils, bien plus souvent qu’on le pense: quelques exemples notables, insolites ou insoupçonnés:

Oshkosh Sand Cat: Ford F-150 / 350 / 550:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ce gros bébé dérive … (Image Wikipedia)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
… de celui-là (Ford F-250 SD, Image Wikipedia).

MaxxPro MRAP: Navistar CXT:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ce monstre est dérivé … (Image Wikipedia)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
… de cet autre monstre (Source: curbsideclassic.com).

Husky TSV: Navistar MXT:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un TSV « Husky » de l’armée britannique, dérivé … (Source: combatandsurvival.com)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
… d’un autre monstre, par ailleurs monture occasionnelle de plusieurs stars (Source: Pinterest).

IAG Jaws: Toyota Land Cruiser 200 Series:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A taille plus humaine, ceci est basé sur...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
… sur un luxueux Toyota Land Cruiser LC200 (Source: trucktrend.com).

ACMAT ALTV: Nissan Navara:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ACMAT ALTV (Image ACMAT, Source: milinfo.org)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Nissan Navara D40 (Image Nissan)

AIL Storm I, II et III des forces armées israéliennes: Jeep Wrangler de différentes générations, plus ou moins modifiées:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
AIL Storm III israélien (Source: Wikipedia).

Mitsubishi Pajero à peine modifié des forces armées irlandaises comme indiennes:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pajero irlandais, seulement 108 petits chevaux, l’Inde utilisant une version quasi identique (Source: Wikipedia).

et tant d’autres.

Comme nous le faisions remarquer dans notre article suite à l’annonce du véhicule, le Ford Everest est une excellente base, car c’est, de l’avis de nombreux spécialistes, le tout meilleur SUV tout-terrain actuel sur le marché mondial, en termes de polyvalence générale: nettement meilleur sur route qu’un Land Rover Discovery, qu’il surpasse également en dehors, il est plus performant en tout-terrain qu’un Defender (limité, non modifié, à 50cm de gué par exemple) et tracte plus lourd que la quasi-totalité des SUV disponibles sur le marché européen, tout en étant nettement plus compact qu’un Ford Ranger, aspect important pour une utilisation en métropole et en terrains encombrés (sous-bois, chemins sinueux techniques, etc.).

D’autre part, caser 4 personnels équipés de matériel très encombrant (gilets pare-balles, armement, casque) requiert autrement plus d’espace intérieur qu’emmener sa famille en week-end. 90% des véhicules du marché étaient donc dès le départ hors critères.

Nous voyons partout en suite des articles abordant le sujet du VLTP des spécialistes improvisés s’exprimer sur le sujet dans les commentaires, chacun y allant de son « et pourquoi pas tel véhicule », « tel autre véhicule aurait été mieux », etc.

Sans nous lancer dans un long dossier comparatif sur les choix possibles du marché, rappelons simplement que, si le Ford Everest a remporté le marché, c’est tout simplement parce qu’il remplissait le cahier des charges, particulièrement draconien.

Au-delà, la plupart des véhicules civils militarisés passent par la case renforcement du châssis, ce dernier n’étant généralement pas à la hauteur d’origine pour les contraintes qu’il sera appelé à subir.

Ce ne sera pas le cas pour le Ford Everest, son châssis répondant d’origine aux spécifications requises, et les dépassant même.

Ensuite, il tient la route. Pas comme le Toyota Hilux. On le laisse avec plaisir aux personnels de l’EI, n’en déplaise à ses fans.

Certains suggéraient l’ALTV d’ACMAT, mais son espace intérieur est très inférieur. Et surtout, il n’est plus produit, vu que le véhicule-base, le Nissan Navara D40, n’est plus produit. Navara D40 qui souffrait d’un poids tractable bien plus faible (2,6 tonnes) et d’un moteur réputé fragile si trop sollicité trop souvent.

Et le Navara D23, alias NP300, n’offre pas les mêmes services que le Ford Ranger, sans parler de l’Everest, notamment en termes de rigidité de châssis, de tenue de route en charge, de capacités de franchissement etc.

Ce qui exclut du même coup les futurs Renault Alaskan et Mercedes Classe-X, proches parents.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Renault Alaskan (Image TF1).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mercedes-Benz Concept X-CLASS (Image Mercedes).

Enfin, si les communiqués indiquaient bien 3,5 tonnes comme masse de l’engin, nous vous certifions qu’il s’agit bien de 2,4-2,5 tonnes comme nous vous l’indiquions dans notre précédent article sur le VLTP, 3,5 tonnes étant le PTAC avec sa capacité d’emport d’1 tonne tous pleins faits, ce qui le rend bien pilotable par tout militaire détenteur d’un permis B.

ACMAT VLTP: QUEL COÛT?

De nombreux articles se sont contentés d’aborder le sujet en divisant le montant total du contrat par le nombre de véhicules commandés pour en déduire le coût unitaire du véhicule. Cruelle erreur, dont on ne sait si elle vient d’un manque total de connaissance du fonctionnement de ce type de marchés, ou d’un simple manque de bon sens élémentaire.

Ces véhicules sont prévus pour être en dotation de nombreuses années. La P4 aura été en service pendant plus de 35 ans, et la Hotchkiss avant elle pendant environ 40 ans.

Il va de soi que ces contrats n’incluent pas seulement l’achat des véhicules, mais également leur entretien dans la durée et les lots de pièces qui vont avec. Ce dont nous vous parlions déjà dans l’autre article.

Si bien sûr RTD ne peut communiquer sur les montants exacts des différents pans du contrat, nous pensons qu’il faut compter environ:

35000€ par véhicule-base;
15000€ pour la militarisation;
75000€ de coûts d’entretien sur XX années;
et 10000€ de coûts annexes (adaptation des infrastructures et des personnels, réalisation des manuels divers, etc.).
Ce qui nous fait bien 135 000 € par véhicule, qui n’est absolument pas le coût unitaire de l’engin mais bien le coût total dans la durée, maintenance et formation des personnels compris. Coût au demeurant fort correct, à peine supérieur à celui de la P4 en son temps, et inférieur à celui de bien des concurrents n’offrant pas les mêmes performances globales (150 000 € en moyenne pour des contrats longue durée).

Article long et dense, on espère qu’il aura informé curieux et passionnés, que vous soyez futurs utilisateurs ou civils intéressés au sujet.

Si nous recevons d’autres informations, comptez sur nous pour vous les communiquer dans les meilleurs délais.

Source:tre-blog.fr
avatar
DAN92
membre
membre

Messages : 36
Date d'inscription : 11/03/2016
Age : 51
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PEUGEOT P4 REMPLACEE PAR L'ACMAT VLTP-NP (FORD EVEREST)

Message par GUY 68 le Mar 3 Jan 2017 - 2:42

Belle mécanique, l'avenir confirmera..
Et puis il faut vivre avec son époque.
J'ai lu que Volvo voulait vendre Renault défense qui fonctionne pourtant très bien.

Guy

GUY 68
membre
membre

Messages : 117
Date d'inscription : 18/12/2011
Age : 66
Localisation : ALSACE

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PEUGEOT P4 REMPLACEE PAR L'ACMAT VLTP-NP (FORD EVEREST)

Message par Jean-François Brillant le Mar 3 Jan 2017 - 3:48

GUY 68 a écrit:
Renault défense qui fonctionne pourtant très bien.

Si tel était le cas, les actionnaires de Volvo se priveraient-ils d'une source de profits ? Personnellement, j'ai comme un gros doute...
avatar
Jean-François Brillant
membre
membre

Messages : 643
Date d'inscription : 14/02/2012
Age : 59
Localisation : Un patelin champenois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PEUGEOT P4 REMPLACEE PAR L'ACMAT VLTP-NP (FORD EVEREST)

Message par CPIO le Ven 6 Jan 2017 - 7:49

Bonsoir DAN92

Très très intéressant ce sujet sur le remplacement du P4. Je l'ai lu deux fois pour bien tout comprendre. C'est précis et détaillé.
Effectivement, il, ne sert à rien de polémiquer si aucun des industriels Français n'ont été  en mesure de répondre à l'appel d'offre.
Ce qui est souhaitable pour nos troupes, c'est que le cahier des charges exprime bien les souhaits de l'utilisateur, et que le résultat sera bien conforme à leurs attentes. Quelques fois il y a des écarts plus que significatifs.
Si ACMAT est dans le coup pour la militarisation et l'assemblage final on peut s'attendre à quelque chose de bien, car ils ont une sacré expérience et réputation en la matière.
J'ai eu en 1989 l'occasion de passer une journée, à titre privé et personnel dans les ateliers d'ACMAT, de découvrir toute la gamme de l'époque: 4x4, 6x6 et 8x8, les principes de conception et les techniques d'assemblage, c'était impressionnant.
J'ai pu faire cela grâce à un ancien Sapeur, le Lnt V...... qui était au GCFR à son tout début. L'Ex Lnt V..... était lors de ma visite, directeur commercial de la société ACMAT, poste qui lui avait été proposé par Mr Legueu en personne à la suite de sa première place au Dakar, dans la catégorie camion et ce au tout début de l'aventure. Dakar fait avec deux VLRA pris sur le parc de l'unité à laquelle il appartenait en tant qu'Off Méca à Avignon.
Personnellement, j'ai utilisé les VLRA 4x4 et 6x6 en Afrique pendant 5 ans, des véhicules remarquables. Rustique, robuste, demandant peu d'entretien et exellent tout terrain. Une véritable bête de somme parfaitement adaptée aux pires conditions d'emploi. Pour moi, un véhicule qui était bien adapté au mission d'un DAO.
Quelques photos pour illustrer mon propos:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
VLRA version "command car" comme celui du président, mais là en version auto-école de type Africaine.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ne vous fiez pas à l'aspect de la bête, ça tourne comme une horloge.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un VLRA ça se sort de toute les situations, par ailleurs, personne n'a l'air stressé, même pas le chef. C'est cela la piste en saison des pluies.

Mais revenons à notre ACMAT/Ford RANGER, si j'ai bien compris, il sera avant tout un véhicule de liaison plus qu'un véhicule tactique.  Maintenant, en cas de problème, comment va gicler notre combattant avec son équipement actuel ô combien encombrant? Une des photos montre l'ACMAT VLTP avec un combattant équipé, j'espère que l'angle d'ouverture des portes est de 90°.
A partir du moment ou il a été fait le choix de ne pas protéger le combattant de "la ferraille" du champ de bataille, je me pose quand même le question du choix d'un véhicule bâche comme la P4.
D'ailleurs à propos de P4, tu précise qu'a compter de 1990 son remplacement avait été envisagé. En Août 89, j'ai rendu ma Compagnie et tout mes VLTT étaient encore des Jeep Willis/Hotchkiss. L'Armée de Terre était loin d'en être totalement dotée.

Petite parenthèse, je veux bien aider le petit mécano à changer les grosses roues du TVS HUSKY Britanique.

Merci pour se sujet bien renseigné.
Bonne soirée.

_________________
Gilles CAMPILLO - CPIO : 1964: 6 RG - 1965: ENSOA + EAG - 1966: 33 RG/FMR/GCFR Pilote du Rhin - 1973: Ecole de Plongée Armée de Terre - 1976: 33, puis 32 RG Chef d'équipe SAF - 1981: 1 RPIMa - 1986: Coëtquidan Cdt de la CI - 1990 Fin de service actif.[b]
avatar
CPIO
modérateur
modérateur

Messages : 399
Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 70
Localisation : CARANTEC 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PEUGEOT P4 REMPLACEE PAR L'ACMAT VLTP-NP (FORD EVEREST)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum