MLC : Military Load Classification... késako ? comment ça marche ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MLC : Military Load Classification... késako ? comment ça marche ?

Message par Jean-François Brillant le Mer 9 Mai 2012 - 1:35

Je rebondis sur une question de l'ami Ch.SERVAETEN dans le sujet sur la Haulotte HA12, question concernant la signification du nombre inscrit dans le disque jaune (ou vert tableau, ou brun terre) figurant à l'avant des véhicules militaires.

Si j'ai "intégré" depuis longtemps le fait qu'il s'agit de l'indice de classement MLC, le mode de calcul de cet indice me reste mystérieux...

J'ai bien essayé de comprendre le STANAG 2010 et le STANAG 2021... mais le pauvre Biffin que je suis "cale" dans la compréhension du "machin", d'autant plus que l'anglais est aussi mystérieux pour moi que le moldo-slovaque...

L'un des éminents spécialistes du franchissement qui fréquentent le forum serait-il disposé à nous expliquer comment fonctionne ce "truc" ?

Merci d'avance !

PS : sur S&D nous nous sommes essayés à "débrouissailler" la chose... mais c'est loin d'être parfait...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Jean-François Brillant
membre
membre

Messages : 632
Date d'inscription : 14/02/2012
Age : 59
Localisation : Un patelin champenois

Revenir en haut Aller en bas

Re: MLC : Military Load Classification... késako ? comment ça marche ?

Message par Admin le Mar 15 Mai 2012 - 5:51

Alors, on va essayer de clarifier la chose, ce n'est pas simple, alors on va faire court et en deuxième partie nous parlerons du marquage!

En premier lieu, il faut savoir que les efforts qu'un véhicule exerce sur le sol et sur un ouvrage ne se limite pas à une simple transposition de sa masse en appui sur le sol.
Pour la construction d'ouvrages de franchissement, il est important de connaitre d'une part les limites d'utilisation des pont , bacs et portières et pour l'utilisateur des ouvrages de savoir si son véhicule peut passer et si il y a des restrictions de vitesse ou de distance.

pour les véhicules:
Si la masse du véhicule est primordiale dans le calcul de ce que nous appellerons "Classe mlc du véhicule" (mlc pour military load classification) il y a bien d'autres paramètres qui entrent en ligne de compte. Ainsi deux données sont principales,
1) le moment fléchissant pour une portée donnée (moment où le fléchissement de l’ouvrage et maximum avant rupture)
2) l'effort tranchant pour une portée donnée (force nécessaire au cisaillement de l’ouvrage) bounce
Entre en ligne de compte, la surface au sol des pneumatiques ou des chenilles, le nombre d'essieux et leur écartement, pression des pneus la voie etc.

Les pays membres de l’OTAN ont donc décidés d’adopter une norme de classification militaire, dans le but de standardiser et d’uniformiser le mode de calcul des classes. (STANAG 2021)

Ce sont 32 véhicules fictifs (16 à chenilles et 16 à roues avec diverses configurations d’essieux et de roues) qui serviront à déterminer des abaques déterminant les classes types.
Les moments fléchissants et les efforts tranchants maximaux engendrés par l’un et l’autre des deux types de véhicules fictifs ou par charge maximale de l’essieu isolé ont été calculés pour des portées croissantes de 1m jusqu’à 100m.
La classification d’un véhicule est donc le résultat de mesures effectuées, entraînants deux courbes ,1 de fléchissement et l’autre de l’effort tranchant. Ces mesures sont apposées aux abaques type les plus proches et le point correspondant à la classe la plus élevée est retenu, puis arrondi si nécessaire.
Il existe des abaques pour les véhicules à roues et pour les véhicules à chenilles. Il se peut que des ajustements soient réalisés surtout si l’engin possède des gros pneumatiques !

Bref je ne suis pas spécialiste, mais nous voyons bien que ce type de calcul n’est pas simple !

Il est possible d’évaluer la classe d’un véhicule de manière provisoire en cas d’urgence.
Si la masse du véhicule est connue en tonne, il faut :
Pour un véhicule à chenilles mlc provisoire = masse x 1,20
Pour un véhicule à roues mlc provisoire = masse x 1,25

Le résultat n’est qu’indicatif et peut être assez différent de la classe réelle !


Les ouvrages sont eux aussi classifiés afin de déterminer leurs capacités d’accueil !

Là c’est encore plus complexe car il y a plus de paramètres pris en comptes :
Effet dynamique, espacement des véhicules , largeur de voie , hauteur des centres de gravités, surface offerte aux vent par les véhicules, vitesse du courant pour les ponts flottants ou portières etc !

Les ouvrages sont classifiés pour les véhicules à chenilles et aussi pour les véhicules à roues.

Il existe 3 types de classifications :

Passage normal, avec précaution, aux conditions limites » avec risque ».
Les bacs et portières possèdent aussi deux classes admissibles ce sont :

La classe nominale, sert à interdire l'embarquement de véhicules que la portière ne peut supporter, soit au cours des opérations d'embarquement, soit en cours de traversée. Elle dépend du numéro de classe du véhicule le plus « contraignant » susceptible d'être chargé et transporté isolément dans des conditions déterminées d'utilisation.

Et la classe maximale, caractérise la capacité limite de la portière correspondant au meilleur rendement des moyens de franchissement. Elle dépend de la somme maximale des classes nominales des véhicules simples ou combinés pouvant composer le chargement.

En règle générale la classe maximale est supérieure à la classe nominale. Conformément aux prescriptions de la convention FINABEL G2C, les classes nominale et maximale diffèrent généralement selon qu'il s'agit de véhicules à roues ou de véhicules à chenilles et varient selon la vitesse du courant et la profondeur de la coupure. Si exceptionnellement cette distinction n'est pas précisée, la classe indiquée est commune aux deux types de véhicules. La connaissance de la valeur des classes nominale et maximale est essentielle pour les chefs de point de passage et les chefs de portière afin de limiter les risques d’accident. Les valeurs des classes nominale et maximale apparaissent dans les manuels d’emploi propres à chaque matériel et constituent pour le chef de bac et de portière la limite admissible pour la classe du chargement.

Voila c’est peut être pas beaucoup plus limpide mais j’aurais essayé ! scratch

demain je poste la suite sur le marquage!

_________________
François [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
EAG 1984 - 4RG (CIG) début 85 - 11RG 1985 / 1991 - 71RG 1991 /1997 - 6RG 1997 / 2002

Admin
administrateur
administrateur

Messages : 2197
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 51
Localisation : gironde

http://www.genie-franchissement.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: MLC : Military Load Classification... késako ? comment ça marche ?

Message par Ch.SERVAETEN le Mar 15 Mai 2012 - 8:50

Merci pour vos réponses, et désolé pour la séquence phosphore... Elle etait simple ma question. Rolling Eyes
Demain si possible, j'irais faire des images de l'interieur de la cabine de la grue Haulotte et des marquages
Cordialement.
C.S.

Ch.SERVAETEN
membre
membre

Messages : 40
Date d'inscription : 06/08/2011

http://bateau-ecole34.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: MLC : Military Load Classification... késako ? comment ça marche ?

Message par Admin le Mer 16 Mai 2012 - 6:30

Les types de véhicules

Le terme de véhicule désigne un matériel, motorisé ou non, chenillé, hybride ou à roues, susceptible de se déplacer sur route, même si ce déplacement est de faible amplitude.
Un véhicule simple est constitué par un châssis unique. Toutefois, l'ensemble formé par un véhicule simple tractant une remorque de masse inférieure à 1,5 tonnes en charge reste considéré comme véhicule simple.
Un véhicule combiné normal est composé :
soit de plusieurs châssis articulés les uns par rapport aux autres, tels qu'un tracteur avec semi-remorque ;
soit d'un ensemble de deux ou plusieurs véhicules simples, susceptibles d'être attelés habituellement les uns aux autres, tels qu'un tracteur et sa remorque si la masse de cette dernière dépasse 1,5 tonnes en charge.
Un véhicule combiné occasionnel est constitué par un ensemble de véhicules qui ne sont normalement pas associés : camion de dépannage tractant un véhicule par exemple.

En outre, les véhicules simples et les véhicules combinés sont rangés en deux catégories : véhicules chenillés, véhicules à roues.


Le numéro de classe est inscrit sous forme d'un signal circulaire sur chaque véhicule.

Critères de passage normal
Le passage normal est autorisé si le numéro de classe militaire du véhicule est au plus égal au numéro de classe militaire en passage normal du pont ou de la portière.

Un numéro de classe permanent doit être obligatoirement attribué :
à chaque véhicule simple dont la masse totale en charge est supérieure à 3 tonnes ;
à tout véhicule combiné.

Concernant les véhicules combinés, deux cas distincts sont à envisager :
le véhicule combiné est constitué d’un tracteur et d’une remorque à chargement unique ; dans ce cas le numéro de classe concerne l’ensemble du train en charge (parfois cependant, un second numéro de classe à vide est attribué) ;
le véhicule combiné est constitué d’un tracteur et d’une semi-remorque à chargement variable ; dans ce cas la classe du véhicule combiné est pré-déterminée en fonction de chargements référencés. Elle est spécifiée sur un support mobile à l’avant du véhicule.

SIGNAUX INDICATEURS DE LA CLASSE DES VÉHICULES

Types de signaux rencontrés

Deux types de signaux peuvent être apposés sur les véhicules :
signal avant : il est mis en place à l'avant de tous les véhicules à l'exception des remorques et il indique la classe en charge du véhicule simple ou du train de véhicules ; il est fixe, mais dans certains cas les chiffres qu'il porte peuvent être amovibles ;
signal latéral : il n'est utilisé que sur les tracteurs et les remorques et il indique la classe en charge du tracteur seul ou de la remorque isolée.
Forme, dimensions et couleur des signaux
Tous les signaux sont circulaires ; seul leur diamètre varie : 23 centimètres à l'avant, 15 centimètres sur les côtés
Les accords internationaux (STANAG 2010) n'imposent pas de couleurs particulières ; toutefois, en France, les inscriptions (chiffres ou lettre « C ») étaient de couleur noire sur fond jaune. Avec l’arrivée du camouflage 3 tons le fond du disque peut être vert ou marron !

Emplacements sur les véhicules
Le signal avant est placé ou peint au-dessus ou sur le pare-chocs avant du véhicule et au-dessous du champ de vision du conducteur. Dans toute la mesure du possible, il est placé à droite et doit être parfaitement visible.
Le signal latéral est placé ou peint sur le côté droit du véhicule, l'inscription faisant face à l'extérieur.

Inscriptions portées sur les signaux

Les inscriptions se composent :
pour le signal avant :
- de chiffres (cas général) ;
- de chiffres et d'une lettre « C » (véhicule combiné) ;
pour le signal latéral de chiffres seulement (remorques et tracteurs).

Leurs dimensions sont aussi grandes que possible. Pour la France, elles sont précisées par le MAT 2610 « Instructions relatives à la classification des véhicules et des ponts ».

Cas particulier des véhicules tracteurs

Les véhicules tracteurs sont équipés :
d'un signal latéral
d'un signal avant comportant :
- à la partie supérieure, la lettre « C » fixe indiquant qu'il s'agit d'un tracteur susceptible de tracter une remorque ;
- à la partie inférieure, un système (languette, crochets, ...) permettant de fixer deux ou trois chiffres ;
- un jeu de chiffres amovibles.

Ces chiffres sont mis en place en fonction des besoins.
Tracteur seul, aucun chiffre n'est placé sur le signal avant qui ne comporte donc que la lettre « C ». La classe du véhicule est indiquée sur le signal latéral.

tracteur seul à vide
Tracteur tirant une remorque (ou une semi-remorque), en charge ou à vide, normalement prévue pour lui être attelée : le nombre à afficher à l'avant du tracteur est précisé dans les documents techniques.

Tracteur tirant un véhicule, non prévu pour lui être normalement attelé (cas d'un dépannage par exemple) le nombre à afficher à l'avant doit être calculé.
Un numéro de classe temporaire doit être attribué à tout véhicule combiné occasionnel, en appliquant la règle suivante :
• si le total des numéros de classe des véhicules simples est inférieur à 60, le numéro de
classe du véhicule combiné est égal aux neuf dixièmes de ce total.
• si le total des numéros de classe des véhicules simples est égal ou supérieur à 60, ce total est considéré comme représentant le numéro de classe du véhicule combiné.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


SIGNAUX INDICATEURS DE LA CLASSE DES PONTS, PORTIÈRES ET BACS

Types de signaux rencontrés

Le signal circulaire sur lequel est inscrit le numéro de classe du pont, de la portière ou du bac. Ce type de signal est utilisé pour tous les ouvrages.

Le signal rectangulaire. Il indique une ou des restrictions supplémentaires (dimensions réduites de l'ouvrage par exemple). Ce type de signal n'est utilisé qu'en cas de besoin.

Signaux circulaires

Leur fond est de couleur jaune et les inscriptions (chiffres, symboles, ...) sont portées en noir.
Leur diamètre minimal est de 41 centimètres pour les ponts à voie unique lorsque seule une indication de classe est inscrite ; il est de 51 centimètres dans tous les autres cas.

Signaux circulaires normaux : Ils concernent les ponts à simple ou double voie lorsqu'il n'est pas nécessaire de donner à l'ouvrage un double numéro de classe en fonction du type du véhicule qui franchit (véhicule à roues ou véhicule à chenilles).


Signaux circulaires spéciaux : ils concernent les ponts à simple ou à double voie lorsqu'il s'avère nécessaire de donner à l'ouvrage un double numéro de classe en fonction du type de véhicule (à roues ou à chenilles).

Ponts à voie unique:
Le panneau porte dans sa partie supérieure le numéro de classe correspondant au passage des véhicules à roues et dans sa partie inférieure celui concernant le passage des véhicules à chenilles. Les véhicules (à roues ou à chenilles) circulent normalement en convoi.


Dans ce cas deux panneaux sont implantés, celui concernant les véhicules à roues étant placé au-dessus de celui concernant les véhicules à chenilles.

Signaux rectangulaires
Le plus petit côté de ces signaux doit mesurer au moins 41 centimètres, l'autre dimension étant variable et fonction des inscriptions (chiffres, lettres, ...) elles-mêmes en noir sur fond jaune.
Les indications de largeur et de hauteur sont exprimées dans le système métrique et éventuellement en pieds et pouces.


Les panneaux civils réglementaires du code de la route, lorsqu'ils existent sur un ouvrage, doivent être conservés. Ils ne sont pas doublés par des panneaux militaires.


Emplacement des signaux
Tous ces signaux doivent obligatoirement être placés aux entrées des ponts ou aux points d'embarquement des portières ou des bacs. Ils doivent être parfaitement visibles et placés à droite de la chaussée, les panneaux circulaires au-dessus des panneaux rectangulaires. Toutefois les panneaux de limitation de hauteur peuvent aussi être fixés au centre de la partie supérieure de l'ouvrage formant obstacle.

Si le besoin s'en fait sentir (route d'accès unique et étroite), ces signaux peuvent également être placés à l'entrée des itinéraires conduisant à ces ponts ou portières.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

voila demain on continu avec les codes de wagonnages !

_________________
François [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
EAG 1984 - 4RG (CIG) début 85 - 11RG 1985 / 1991 - 71RG 1991 /1997 - 6RG 1997 / 2002

Admin
administrateur
administrateur

Messages : 2197
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 51
Localisation : gironde

http://www.genie-franchissement.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: MLC : Military Load Classification... késako ? comment ça marche ?

Message par Admin le Jeu 17 Mai 2012 - 4:47

allez on continu avec les codes de Wagonnages!

Sur le coté des véhicules se trouve une marque circulaire anciennement blanche maintenant grise (avec l'arrivée du camouflage 3 tons).
Ce marquage est un code pour le transport par voie ferrée!

il existe deux types de transports:
ordinaire
Les matériels militaires donnant lieu à des transports ordinaires sont chargés sur des wagons plats ordinaires, sans abaissement des haussettes latérales, constituant des ensembles « matériels-wagons » ne dépassant pas le gabarit international de chargement (G.I.C.) ou le gabarit « A » du réseau ferré national (RFN), en transport intérieur.

exceptionnel
Les matériels militaires donnant lieu à des « transports exceptionnels » présentent au moins l’une des caractéristiques suivantes :
- chargés sur des wagons plats ordinaires, haussettes latérales baissées ou non, constituent des ensembles « matériels-wagons » dépassant le gabarit international de chargement ou le gabarit «A» du réseau ferré national (RFN);
- chargés sur des wagons autres (plats spéciaux ou surbaissés) constituent des ensembles « matériels-wagons » dépassant ou non le gabarit international de chargement ou le gabarit «A» du réseau ferré national (RFN).

CLASSIFICATION DES WAGONS PLATS
En vue de faciliter la désignation et la recherche des wagons aptes aux divers transports militaires, les wagons plats ont fait l’objet d’une classification adoptée par tous les réseaux ferroviaires de l’Europe occidentale.
Les wagons plats sont répartis, selon leurs possibilités de transport, en catégories.
Les wagons plats ordinaires (au sens militaire du terme), aptes au transport des matériels militaires "transports ordinaires" comprennent les wagons de catégorie 3 ( les wagons de catégorie 0, 1 et 2 n’existent plus)
Certains wagons plats, non repris dans ce classement, tels que les wagons plats Ldkks (L31) ou TWA 800 B, peuvent cependant être utilisés pour certains matériels militaires ordinaires, à roue munie de pneus.
Les wagons plats spéciaux (au sens militaire du terme) aptes au transport des matériels militaires « transports exceptionnels » comprennent les wagons des catégories catégories 4, 5, 6, 7, 8, 9 et 10. Il n’existe aucune progressivité entre les catégories et les possibilités de chargement de ces wagons.

les Wagons plats ordinaires possèdes le marquage dit "parallèle" c'est à dire que l'on retrouve le marquage figurant sur le véhicule sur les cotés ddes wagons! pour voir rapidement si le véhicule est bien sur le bon wagon!

But du marquage
Pour permettre par simple vue directe :
- de connaitre la nature des chargements à transporter ordinaires ou exceptionnels
- d’effectuer une vérification rapide de la conformité des chargements réalisés.
Chaque matériel, susceptible d’être transporté par voie ferrée, est marqué d’un disque blanc.
pour les matériels « transports ordinaires » : ce disque blanc porte en son centre et en couleur noire le numéro 3
lorsque des démontages simples d’accessoires ou des précautions sont prescrits pour que le matériel puisse être classé « transport ordinaire », le matériel porte à droite du disque blanc numéroté 3, une marque distinctive constituée par un petit disque rouge.
pour les matériels « transports exceptionnels », aucun chiffre n’est porté à l’intérieur du disque blanc. Par contre afin d’attirer l’attention des expéditeurs militaires et des agents de chemins de fer sur le caractère particulier du matériel et sur les précautions particulières qu’il convient de prendre pour son embarquement et de l’obligation de consulter le feuillet correspondant du carnet de croquis pour connaître les conditions de chargement et les opérations éventuelles de démontage à effectuer préalablement à leur expédition, deux petits disques rouges sont apposés à droite du disque blanc
Le numéro correspondant du carnet de croquis est inscrit au-dessous des deux disques rouges.

voila c'est donc le TTA 126 qui réglemente tous ça, et dans le volume 2, se trouve le carnet de croquis contenant les feuillets par véhicule pour le transport exceptionnels . (ces feuillets se trouve aussi dans la doc technique de chaque véhicule)


voici des exemples de marquage (en dernier, j'ai mis le code de la grue HA12 pour Christophe Laughing avec le n° de feuillet 1610)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

et donc voici le feuillet de la grue HA12.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

bon c'est pas la fiche comportant le plus d'opération à effectuer, mais bon ça donne une idée , en page 2 apparaît les types de wagons pouvant être utilisés.

voila a+ (peut être faudrait il créer des sujet distincts pour tous ça:?:

_________________
François [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
EAG 1984 - 4RG (CIG) début 85 - 11RG 1985 / 1991 - 71RG 1991 /1997 - 6RG 1997 / 2002

Admin
administrateur
administrateur

Messages : 2197
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 51
Localisation : gironde

http://www.genie-franchissement.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: MLC : Military Load Classification... késako ? comment ça marche ?

Message par Ch.SERVAETEN le Jeu 17 Mai 2012 - 5:03

Bonsoir à tous.
J’espère ne pas devoir subir dans les prochains jours une interrogation écrite surprise, pour s'avoir si j’ai bien appris ma leçon. pale
Cela m’apprendras à poser des questions idiotes !!!
Merci à vous tous...
Ch. SERVAETEN

Ch.SERVAETEN
membre
membre

Messages : 40
Date d'inscription : 06/08/2011

http://bateau-ecole34.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: MLC : Military Load Classification... késako ? comment ça marche ?

Message par Admin le Jeu 17 Mai 2012 - 5:42

Salut Christophe! non tes questions n'étaient pas idiotes. Cela a permis à tous d'en profiter! il reste encore les les plaques OTAN !mais là ça risque d'être long .ce sont les plaques rectangulaires à l'avant et à l'ar avec des sigles bizarres pour les néophytes! et qui te disent à qui appartient ce véhicule Very Happy

_________________
François [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
EAG 1984 - 4RG (CIG) début 85 - 11RG 1985 / 1991 - 71RG 1991 /1997 - 6RG 1997 / 2002

Admin
administrateur
administrateur

Messages : 2197
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 51
Localisation : gironde

http://www.genie-franchissement.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: MLC : Military Load Classification... késako ? comment ça marche ?

Message par Voirin Denis le Sam 6 Avr 2013 - 11:19

Bien, mon cher François, tu parles comme un livre, rien à ajouter si ce n'est que les classes véhicules prennent aussi en compte, mais de loin, l'IEM, c'est à dire l'indice expérimental de mobilité qui est affecté à chaque véhicule en fonction de son agressivité de déplacement.
Etant aussi et encore OEVF (réserviste au Rmed), j'apprécie l'exposé classe VF. Tu as appris le 126 par coeur? Chacun son tour mais à 28 ans d'écart...

Voirin Denis
membre
membre

Messages : 205
Date d'inscription : 29/11/2011
Age : 65
Localisation : 9 rue du Bourg 71000 Sancé ou: 6, rue Fontaine Rouge. CHEZY en ORXOIS 02810

Revenir en haut Aller en bas

Re: MLC : Military Load Classification... késako ? comment ça marche ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum