Un automoteur par le fond.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un automoteur par le fond.

Message par CPIO le Sam 10 Nov 2012 - 7:41

Dans un message du 20 septembre, notre ami "Tuamo" faisait allusion à une péniche coulée. Ayant été un témoin éloigné et auditif (liaison radio) de ce "sketch", en voici le récit:

Cela devait être en 1970, puisque j'étais S/C et patron de la série de chalands de type "AS" 42,45 et 48.

La section AS se rendait sur les cales d'Otterstadt (PK 409.5) pour un franchissement prévu de nuit. Les trois chalands descendaient paisiblement le Rhin. En tête notre Chef de Section l'A/C C..... dit "Zébulon" , qui en raison de son tempérament bouillonant nous rappelait un petit personnage de télévision monté sur ressort, je suivais avec un AS de la série 2,5 ou 8, et la marche était fermée par un chaland de la série 43,46 ou 49. Le dernier chaland avait pour pilote deux S/C, un binome en termes de gabarit et de caractère du style "Asterix et Obelix": un petit pince sans rire toujours en train de chercher tout le monde et un grand costaud inquiet.
La distance entre les chalands était de l'ordre d'un kilomètre, nous faisions route à vitesse normale c'est à dire entre 380 à 420 tours hélices (1200 tours moteurs). Il faut rappeler que les AS étaient des chalands puissants: 2X620CV pour 175T à vide, et que le remou du sillage était particulièrement creusé.
Les chalands étaient équipés de radio/téléphone Siemens qui permettaient de communiquer entre chalands et avec la base de Kehl. Donc lors d'une communication entre deux bateaux, tout les autres en profitent.
En fin de matinée, appel du dernier chaland au chef de section qui se trouve en tête du dispositif, le dialogue a été à peu prés celui là:
Mon A/C nous avons coulé une péniche, qu'est que l'on fait?
Venant de quelqu'un qui avait pour habitude de faire des plaisenteries (et nous en faisions tous) la réponse a été su style, troupe d'occupation on passe.[/list]
Silence radio et tout le monde continue sa navigation en direction de la sablière de Koller, voisine des cales d'Otterstadt, que nous atteignons en début d'aprés-midi. Le premier chaland 'beache", je l'accoste par babord et le troisième vient s'amarrer sur mon tribord. Nous nous retrouvons sur le pont de mon "AS" et une fois les moteurs coupés et le silence revenu, notre Chef de Section veut nous donner les instructions pour la répition la préparation du franchissement de nuit.
Il est tout de suite coupé par le S/C A...... qui lui dit:
Mon A/C que fait -on pour la péniche que nous avons coulé?
A.......ça suffit les "conneries" nous avons un franchissement à préparer.
Mais Mon A/C ce n'est pas un gag, regardez nous avons pris des photos avec le "Polaroïd" du bord, regardez (chaque chaland avait un appareil de photo, justement en cas de litige).
Le Ferdinand Spetch , automoteur Allemand de 1200T et transportant du charbon, a bien été coupé en deux et à fait naufrage. Fort heureusement il n'y a eu aucune victime.
Mais il faut préciser que le chaland AS n'a jamais touché l'automoteur. Cette péniche naviguait à pleine charge, les panneaux de cale ouverts et que les marques de francs bord n'étaient plus visible, donc chargée au delà du raisonnable. C'est en le doublant à courte distance que les remous du sillage sont passés par dessus les plats bord, l'eau a envahit les cales et la péniche s'est cassée en deux avant de couler.
La base a été immédiatement prévenue par radio, puis nous avons remis en route pour aller nous entrainer sur les cales avant la nuit. A peine sorti de la gravière pour rejoindre le Rhin, nous avons vu fondre sur nous deux vedettes de la "Wasserschulsspolizeï" la police fluviale Allemande qui nous cherchaient depuis plusieurs heures. Les pilotes du chaland concernné et le Chef de Section ont été entendus. Quelques temps plus tard ils ont été au tribunal de Manheim je crois, jouer avec des petites péniches en plastique sur le bureau du juge, comme nous l'a raconté on des protagoniste.Et l'armée a été condamnée a verser une forte indemnité pour remplacer l'automoteur. Ce qui à mon avis est anormal car il n'y avait aucune faute de notre part. Tout batelier sait, qu'en charge, les cales doivent être fermées.
Cette affaire c'est bien terminé, nous a quand même fait rire et il n'y a pas eu la moindre sanction ou remontage de bretelles.
Je pense qu'aujourd'hui cela ne serait pas la même chose!...
[list][*]

_________________
Gilles CAMPILLO - CPIO : 1964: 6 RG - 1965: ENSOA + EAG - 1966: 33 RG/FMR/GCFR Pilote du Rhin - 1973: Ecole de Plongée Armée de Terre - 1976: 33, puis 32 RG Chef d'équipe SAF - 1981: 1 RPIMa - 1986: Coëtquidan Cdt de la CI - 1990 Fin de service actif.[b]
avatar
CPIO
modérateur
modérateur

Messages : 414
Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 71
Localisation : CARANTEC 29

Revenir en haut Aller en bas

ACCIDENT FLUVIAL AU PONT DE MAXAU

Message par GUIHENEUF jean paul le Sam 2 Avr 2016 - 20:38

Bonjour , dans la série naufrage , à la fin des années 80 , 2 chalands Mayence rentrait d'une campagne de tir ( 12,7 et canon de 20 ) et naviguait tranquillement à la remonte ( normal , c'était des mayences ) à hauteur du PK 375 et se retrouvent bloqués par un arret total de la navigation .
après avoir prévenue la base , nous nous sommes rendu sur place pour constaté que un batiment suisse avec sa barge à couple avait percuté la pile du pont de maxau et bloquai toute navigation .  
voici donc les photos du naufrage .

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les chalands sont restés bloqué 2/3 semaines avant de rejoindre KEHL .
avatar
GUIHENEUF jean paul
membre
membre

Messages : 196
Date d'inscription : 24/11/2010
Age : 70
Localisation : METZ FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum